Dernières informations

Préparons-nous à la mondialisation des services

Dans la note que nous venons de publier pour l’Institut Choiseul, nous proposons des mesures pour que la France s’investisse pleinement dans la révolution des services. Comme nous l’avons souligné, les entreprises françaises de services se trouvent de plus en plus souvent confrontées à la montée en puissance de concurrents étrangers et font face la mondialisation des services. Ce phénomène est analysé avec une acuité particulière par les consultants du cabinet Oliver Wyman dans une étude récente . Après avoir démontré que «le volume des échanges de services pourrait être deux fois supérieur aux estimations officielles», les auteurs évaluent la progression de la mondialisation des services à +8,7% par an d’ici 2022. Ils identifient trois grandes ruptures à l’origine de ces changements rapides : « la digitalisation des business models», «la croissance de la demande des pays émergents» et enfin, «la déréglementation des marchés nationaux». Pour les auteurs, «La mondialisation des services est une révolution aussi remarquable que celle qui a touché l’industrie après 1973. Elle va déboucher sur une économie de l’immatériel, structurée sous la forme de réseaux mondiaux de services». Bonne nouvelle en perspective, la mondialisation des services devrait fortement profiter aux pays occidentaux qui disposent d’un grand savoir-faire en la matière. Cependant, cette opportunité doit être saisie immédiatement, car dans les dix années qui viennent des pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil ou encore l’Afrique du Sud, auront rattrapé leur retard en la matière. Ainsi, les auteurs prévoient 40 Mds d’euro de PIB dans les services des pays émergents dans les dix années à venir. Cela nous laisse donc dix années avant que ces «nouveaux concurrents» ne prennent le lead sur le marché mondial des services. Instaurant de nouvelles règles du jeux, la mondialisation des services aura pour conséquence que 50% des emplois seront délocalisables et 100% des services seront exportables. Les Chinois, eux, sont déjà prêts. En effet, récemment, Wei Jianguo, ex vice-Ministre du commerce et secrétaire général du Centre Chinois pour les échanges économiques a déclaré : «Maintenant c’est le moment idéal pour que la Chine développe son marché des services et devienne un des premiers fournisseurs de services outsourcés au monde.» Il estime que la totalité du marché des services outsourcés représentera environ 5 trillions de dollars dans les trois à cinq ans qui viennent. Aussi la Chine est déjà actuellement le deuxième fournisseur de services outsourcés avec 27,7% du marché . On le voit, la mondialisation des services n’attend pas. Il est donc essentiel de se préparer en y participant activement dès maintenant. Il faut se faire une raison : demain, tous les services seront exportables ! Des messages que nous ne manquerons pas de faire passer dans le cadre de nos engagements au sein de la Commission Nationale des Services et pour la Marque France.

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*