Dernières informations

Les entrepreneurs étrangers lancent un appel… écoutons-les !

Aujourd’hui, 50 entreprises étrangères ont lancé un appel dans les Echos pour tirer la sonnette d’alarme : ces dernières auraient de plus en plus de mal à convaincre leurs maisons mères d’investir pour créer des emplois en France.

Qui sont les auteurs ? « Tous, nous présidons aux destinées des filiales de grands groupes internationaux en France, un pays où nous employons plus de 150.000 salariés et réalisons plus d’une centaine de milliards d’euros de chiffre d’affaires. Nous faisons partie de cette ‘communauté’, celle des sociétés dont les capitaux sont étrangers mais qui créent de la richesse, ici en France, dont nous nous voulons citoyens. Nous en sommes les supporters et les ambassadeurs auprès de nos maisons mères pour que celles-ci fassent le choix d’y investir et d’y créer des emplois. » aux signataires viennent s’ajouter « les 20.000 entreprises qui partagent notre identité emploient 2 millions de personnes, soit 13 % de la population salariée, un quart dans le seul secteur industriel, contribuent à hauteur de 29 % du chiffre d’affaires de l’industrie française, assurent le tiers des exportations françaises, réalisent 29 % de l’investissement corporel de l’industrie française et assurent 29 % de la R&D des entreprises œuvrant en France. » La place de ce groupe est considérable et nous ferions bien de prendre leur appel au sérieux. Quels reproches ces entreprises adressent-elles à notre pays ? « La France a des ressources, des talents et un esprit d’innovation qui sont rares, mais de longue date est pénalisée par la complexité et l’instabilité de l’environnement législatif et réglementaire, par un manque de flexibilité du droit du travail, par des procédures complexes, longues et aléatoires en matière de restructuration, par des coûts plus élevés qu’ailleurs et, plus globalement, par une méfiance culturelle envers l’économie de marché. »

Nous n’entrerons pas dans le détail des réclamations formulées ici. Celles-ci concernent surtout l’organisation du marché du travail et la fiscalité. Ajoutons simplement que notre pays à un énorme effort à faire en matière d’attractivité et que l’accent doit être mis sur l’accueil des entreprises étrangères.

Oui, notre pays se doit d’être compétitif pour ne pas faire fuir les entreprises installées sur son territoire. Mais cela ne suffit pas. Il doit également être plus attractif. Et il ne s’agit pas seulement pour cela de changer les règles du marché du travail ou de la fiscalité. Il faut également savoir accueillir les entreprises étrangères et leur proposer une offre qui suscitent chez elles la préférence. Que faire dans ces conditions ? Comme nous l’avons écrit il y a quelque mois pour le Nouvel Economiste, il est essentiel de ré-enchanter les futurs investisseurs. Pour cela nous préconisions de revoir le parcours des entrepreneurs étrangers (de la même manière que l’on étudie un parcours client, par exemple). Il serait sans doute utile de faire travailler des entreprises de design de service sur ce parcours, afin qu’elles puissent proposer des solutions qui répondent aux attentes des entreprises étrangères.

De le même manière qu’un client satisfait par l’accueil d’une grande enseigne n’hésitera pas à en parler autour de lui, les entrepreneurs étrangers qui viennent s’installer en France ne manqueront pas de faire l’éloge d’un accueil privilégié auprès de leurs collaborateurs. Ce sont parfois des gestes simples qui peuvent faire toute la différence. Ecoutons les entreprises étrangères et faisons en sorte de répondre à leurs attentes.  C’est l’esprit de service France.

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*