Dernières informations

Le Sens des mots

« C’est avec un immense plaisir que j’ouvre cette nouvelle rubrique du blog et ai l’honneur d’accueillir une invitée de marque pour s’exprimer. Qui mieux que Jeanne Bordeau, fondatrice et directrice de l’Institut de la Qualité de l’Expression, experte et véritable styliste du langage, pour nous parler  des mots, de leur sens, de la sémantique, de la façon nous devons les utiliser en fonction du contexte !  

Aujourd’hui, Jeanne Bordeau vous propose un premier rendez-vous et une première approche du sens des mots. Analyse très finement réalisée de notre premier moyen d’expression et de communication. Bonne lecture !« .  

 

  • Ce que la connotation rajoute au sens

Les mots ont souvent un sens, ils dénotent quelque chose. Personne ne va en disconvenir. Mais, dans un monde de l’économie et du service en plein ébullition, où les mots puisent-ils vraiment leur sens ? Nous sommes sans doute entrés, plus que par le passé, dans un siècle où la dénotation des mots devient multiple et où, par extension, la connotation aussi !

Puisque incarner l’attention portée à l’autre, c’est justement s’exprimer en partant de l’interlocuteur, en partant du client, du collaborateur, il faut pouvoir trouver le mot juste. Celui qui caresse l’intérêt du destinataire, celui qui n’est pas ambiguë.

Et, voilà pourquoi, le sens des mots devient une affaire subtile.

 

Regardez, tout ce que l’on peut accoler au verbe « gérer » !

Comme en atteste la page d’un site féminin : « On gère une relation à distance, l’ex de son homme, une séparation, son chef, un conflit au travail, son argent, ses dépenses, son temps » (1). On ne peut pas, tout de même, solliciter un même mot pour « résoudre » un conflit au travail, et « remédier » à une baisse de moral lors du départ de son conjoint.

 

La polysémie s’invite donc à notre porte car, dans un monde numérique où tout va si vite, l’internaute se trouve en contact direct avec les mots. Il les interprètera selon son cadre de référence, son humeur du moment. Et, dans ce contexte là, notre « gérer » peut apparaitre peu adapté, lié à l’argent et donc dissonant quand on va l’associer à son couple qu’il faut non pas gérer, mais bien respecter, mettre en priorité !

 

  • Ce que le sens des mots requiert d’expérience

Puisque l’heure de l’expérience client a sonné depuis longtemps déjà, on comprend aisément que le mot fait parti de cette expérience. Il est rationnel et possède un sens, mais le mot est aussi « sensible », voire sensoriel.

Pour s’en convaincre, en dehors même du champ spécifique de la relation client, il suffit d’ouvrir par exemple Le Dictionnaire des mots du sensoriel (2). Et le ressenti du mot à se met à vibrer. On y trouve ainsi exposé, le mot « assoupli » avec les précisions suivantes : « Dont le caractère rigide a été rendu plus souple par rapport à son état initial ». Comment ressentir ce mot ? Le Dictionnaire de répondre que pour s’en rendre compte il faut « Explorer visuellement et tactilement en comparant avant et après ». Voici donc un mot « visuel et tactile ». Appréhender le sens des mots, c’est donc prendre le temps de se remémorer la puissance des mots. Certains sont visuels et tactiles, d’autres sonores.

 

En effet le sens des mots s’inscrit aussi dans une dynamique sonore. Cette dynamique est si forte qu’elle commande l’utilisation des mots. Un exemple. Prenez « buzz ». Savez-vous que « buzz » devrait théoriquement se dire dans notre langue de la façon suivante : « ramdam » (3). Tel est le résultat d’un concours lancé en 2010 par le Secrétariat d’État français à la Coopération. Mais, en 2013, qui s’est prêté à ce remplacement ? Personne.

Nos sens nous disent bien que « buzz » n’est pas « ramdam » qui charroie avec lui le vacarme assourdissant, le grand bruit. Or, un « buzz » ne se ressent pas forcément par une manifestation de bruits, c’est bien un bourdonnement qui entoure ou évoque l’aura d’une personnalité. Avec « buzz », tout se met à vibrer à cause d’une information particulière.

 

  • Ce que le sens des mots requiert d’idées

Ici, nous ne sommes pas dans une tribune scientifique et linguistique. Que l’on nous pardonne donc, ces divagations à « rebrousse-plume » qui insistent surtout sur le fait que le sens d’un mot n’est pas toujours l’évidence.

Chacun s’approprie un mot, le réinterprète. Mais, un mot ne fait pas tout. Il n’existe que dans un système de pensée global, un « écosystème ». Ainsi, « le mot chien n’a jamais mordu personne » préciserait Ferdinand de Saussure. Seul, il n’évoque rien ce chien. Relié à des faits, à des idées, il prend du relief. En effet, selon Ferdinand de Saussure, la valeur d’un mot n’est définissable que par les rapports d’équivalence et d’opposition qu’il entretient avec les autres mots, au sein du système de la langue.

 

Donc, le sens d’un mot est le fruit de son histoire passée et aussi présente, et aussi de ces événements fortuits ou pas qui sont le contexte. Le sens d’un mot se doit toujours d’être contextualisé. Que comprendre, lorsque dans certaines entreprises, on entend le manager dire à son collaborateur : « On va checker ton travail ! ». Est-ce qu’il est question de dresser une « checkl-list » afin de s’assurer que le collaborateur a tous les outils pour mener sa mission ? Est-ce qu’il est question de vérifier et donc éventuellement d’ajuster, de sanctionner si toutefois le travail n’est pas conforme aux attentes ?

 

A l’heure de l’expérience client et du « gender marketing », qui cherche à comprendre de mieux en mieux le consommateur ciblé, il est temps d’écouter plus que jamais les mots et leurs vibrations multiples et sans doute de garder ses dictionnaires pour en suivre la vie.

Vous raconter leur évolution, c’est justement ce que nous ferons dans cette rubrique.

 

 

 

Jeanne Bordeau

Fondatrice de l’Institut de la Qualité de l’Expression

(1) http ://www.aufeminin.com/job/gerer-som364.html

(2) Dictionnaire des mots du sensoriel, JF Bassereau et R Charvet-Pello, Tec & Doc Lavoisier, 2011

(3) Tribune de Genève du 3 mars 2010

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*