Une expérience amplifiée de l’art et de la culture grâce au numérique : entretien avec Roei Amit

La Culture est à l’honneur dans ce riche échange avec Roei Amit, Directeur Adjoint en charge du numérique à la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais. Depuis 1895, l’établissement accueille des publics de tout âge pour faire vivre et partager une rencontre unique avec l’art et autres formes d’expression. Une expérience amplifiée ces dernières années par le numérique et ses nombreuses possibilités, dont Roei Amit nous fait part.

 

1. Bonjour Roei. Pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous présenter votre parcours et vos activités ?

Je m’appelle Roei Amit et je suis Directeur Adjoint en charge du numérique à la Rmn – Grand Palais. A ce titre, je m’occupe des activités numériques de l’établissement par rapport à différents types de publics, que ce soit nos visiteurs mais également nos clients et partenaires de l’Agence photographique, en charge de la valorisation et de la diffusion des collections conservées dans les musées nationaux de France.

J’ai toujours travaillé dans le domaine culturel, j’ai été Responsable des Editions Multimedia à l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), en particulier de la mise en ligne de l’INA.fr et des dizaines de milliers d’heures d’archives audio-visuelles. Avant cela, je travaillais chez MK2 en tant que Responsable Artistique Multimedia.

 

2. Quelles sont les attitudes de service ou les offres de service qui vous semblent différenciantes aux yeux des visiteurs et des internautes ?

Aujourd’hui, nous avons une conception globale du visiteur. Le visiteur est visiteur bien avant qu’il n’arrive physiquement au musée, et il le reste bien après avoir quitté le lieu de l’exposition. Dans ce contexte, l’ensemble des supports du service numérique joue un rôle essentiel. Le parcours du visiteur est de plus en plus numérique. Une partie se fait bien évidemment physiquement, mais même à ce moment là, il pourrait être accompagné par des outils de médiation numérique. La notion même de visiteur, nous la voyons à 360 degrés. Son expérience réunie l’avant, pendant et l’après visite à la sortie du musée.

En tant qu’établissement culturel accueillant divers publics, nous offrons différents types de services d’accompagnement, d’information et de divertissement, qui correspondent aux parcours de chaque personne. Cela commence en amont avec l’information, la possibilité d’acheter son e-billet pour éviter l’attente, le téléchargement d’une application d’aide à la visite pour se préparer au mieux et l’accès libre à des contenus pédagogiques et divertissants destinés aux enfants. Une fois le visiteur sur les lieux de l’exposition, il peut se connecter au réseau wifi et accéder à une aide à la visite multi-langues, à la fois pour le jeune public et les adultes, ainsi qu’à des jeux et des activités ludiques pour accompagner la visite.

 

3. Le public familial et jeune est donc très important ?

Le jeune public est un objectif stratégique. La culture et l’art sont des intérêts qui nécessitent d’être médiatisés et de devenir des sujets intergénérationnels. C’est pour cela que nous avons des offres à la fois pour les familles et pour les jeunes, des tarifs préférentiels (gratuité avant 16 ans) et des cartes d’abonnement, comme notre carte sésame jusqu’à 30 ans. Une fois le public arrivé, il a non seulement accès à un contenu adapté à son profil, mais il a également la possibilité de partager en temps réel sa visite avec ses proches et son réseau. Nous autorisons la prise de photo, et nous allons un cran plus loin en faisant apparaitre le flux de photos Instagram ou Twitter des visiteurs sur des écrans tout au long des expositions, pour souligner la notion de partage, très importante à nos yeux.

 

4. Les musées intègrent de plus en plus une stratégie sociale. Quelle est la place du digital au sein de la Rmn-Grand Palais et quel impact a-t-il sur l’expérience visiteur/internaute ?

Le web social fait partie intégrante de notre stratégie. Ce ne sont pas seulement des canaux de diffusion, ce sont aussi des lieux de dialogues et d’échanges mutuels avec le public. Nous les utilisons bien entendu comme des canaux d’informations et d’engagement mais nous mettons également à disposition ces outils au public pour qu’il communique par ses propres moyens, avec comme je le disais auparavant, le partage de contenu, affiché à la fois son mur Facebook ou son fil Twitter mais aussi sur les murs de l’exposition et du site internet. Pour nos dernières expositions, nous avons mis à l’usage de nos visiteurs des applications gratuites qui leur permettent de s’engager avec l’art. Pour l’exposition sur Niki de Saint Phalle, actuellement programmée au Grand Palais, nous avons mis à disposition une iconothèque réunissant une centaine d’icones emblématiques de son œuvre, et il est possible de prendre des photos et de jouer avec ces icones, d’écrire des messages et de les partager. C’est une manière ludique de s’approprier le contenu de l’exposition sur différents supports.

Cela rejoint l’expérience de l’année dernière pendant l’exposition Georges Braque où nous avons lancé une application qui permettait aux visiteurs de créer ses propres photos cubistes, selon les 3 types de cubisme : analytique, synthétique ou géométrique. Cette initiative a rencontré un franc succès.

 

5. Avez-vous eu des retours de la part des visiteurs par rapport à ces opérations ?

Les retours que nous avons sont très encourageants, sur les réseaux sociaux notamment. Nous avons comptabilisé plus de 20 000 téléchargements de l’application sur Braque et nous également dépassé les 20 000 téléchargements pour Niki Saint Phalle en 10 semaines d’exploitation. Nous conduisons par ailleurs des enquêtes publiques dont les chiffres sont très parlants. La saison dernière (printemps-été 2014), 76 % de nos visiteurs étaient munis de smartphone et la moitié d’entre eux ont déclaré faire usage de leur téléphone par rapport au contenu de l’exposition.

 

6. Vous avez participé à la Museum Week sur Twitter. Pouvez-vous nous décrire le concept et l’impact qu’un tel événement a eu sur la scène culturelle ?

Le principe était de créer des pôles d’engagement et de discussion autour de différents thèmes, en collaboration avec plusieurs grands musées français. Un sujet était décidé chaque jour (l’envers du décor, le test des connaissances, les coups de cœur, l’imaginaire…) et chaque musée a contribué à la discussion, au même titre que les internautes. Le choix des thèmes s’est fait de façon assez informelle entre plusieurs musées et les community managers. Cet événement a souligné l’importance des réseaux, ceux des internautes, mais aussi celui des musées, que nous avons mis à profit pour créer un événement participatif et très ouvert. L’idée de la Museum Week est partie de quelques musées parisiens. Au final, il y a eu un millier de musées participants.

 

7. Nous avons parlé de la co-création et du rôle du visiteur. Le numérique est-il la raison pour laquelle le visiteur peut aujourd’hui s’exprimer et faire tomber les barrières ?

Les outils d’aujourd’hui permettent de faire des choses qui étaient plus ardues ou quasiment impossibles auparavant. Le visiteur avant l’ère du numérique n’était pas moins engagé ou désireux de communiquer, mais il était bien plus difficile pour lui de partager son expérience à grande échelle,  en dehors de son entourage proche. Les outils numériques se sont démocratisés et sont à la portée d’un grand nombre. Ils donnent au visiteur un rôle plus actif et la possibilité de donner son avis mais aussi de participer, de contribuer et de créer. C’est pour cela que nos visiteurs vivent des expériences de plus en plus fortes et enrichies, c’est la nature même de la rencontre avec l’art. Il y a une véritable évolution dans l’interaction et l’engagement des visiteurs.

 

8. En parlant d’évolution, comment voyez-vous le musée du futur ?

Nous nous engageons à créer des expériences fortes et innovantes. A chaque saison, nous essayons d’innover et de réfléchir à des dispositifs qui renouvellent l’expérience. La visite même reste un parcours unique, qui va être beaucoup plus accompagné et amplifié avec le numérique. En ce moment, nous proposons une exposition au musée du Luxembourg sur Paul Durand-Ruel, le galeriste qui a découvert l’impressionnisme. Nous avons mis en place pour la première fois un grand MOOC (massive open online course) interactif, qui apprend de manière didactique et ludique ce qu’est l’impressionnisme. Plus de 13 000 personnes se sont inscrites au cours en ligne à ce jour. C’est une évolution qui ne remplace pas la visite physique mais qui l’agrémente et l’enrichit sous un angle différent.

 

9. Quelle est votre définition de l’esprit de service dans le secteur culturel et en particulier au Grand Palais ?

Nous sommes à la fois à l’écoute de nos visiteurs et aussi force de proposition pour que leur expérience soit la plus riche, engageante et enrichissante possible.

 

Crédit photo : © Jean-Jacques Cordier

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*