Dernières informations

Entretien avec Dominique Alba, directrice de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR)

La smart city promet une ville plus fluide, où flux d’informations et flux des habitants sont étroitement liés. A la tête de l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR), l’architecte Dominique Alba observe les évolutions profondes de la ville et contribue avec les 80 collaborateurs aux réflexions autour des services qui dessinent la cité de demain, répondent aux attentes des citoyens et devancent leurs besoins.

 

1. Bonjour Dominique,  pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis architecte et directrice générale de l’APUR, une association de loi 1901, qui existe depuis presque cinquante ans. Sa mission : étudier et analyser les évolutions urbaines et sociétales qui accompagnent la définition des politiques publiques d’aménagement et de développement et contribuer à l’élaboration des orientations de la politique parisienne. Mon travail consiste à être à la fois une boîte à outils et une boîte à idées : concrètement, nous assemblons et cartographions des données sur 600 km2, réunissant les acteurs autour de plateformes inventives et prospectives.

 

2. Quelles grandes tendances observez-vous dans l’évolution des services urbains ?

L’évolution profonde est celle de la mise en réseau : aujourd’hui on partage les espaces et on a différentes échelles au sein de ces espaces. Par exemple, sur les plateformes logistiques (comme les envois postaux, les livraisons), on compte autant de plateformes locales, que de plateformes de grande taille et de taille intermédiaire. Ce qui est intéressant pour ces plateformes, c’est qu’elles peuvent recevoir différents types de produits de différents partenaires. C’est une vraie mécanique de mutualisation qui se met en place. La tendance des services urbains de demain, c’est que chaque citoyen à sa façon devient potentiellement le relais d’un service urbain, et cela va générer des modèles que l’on ne connaît pas encore.

Reste qu’il y a une forme de « hard » dans la ville : la ville c’est aussi du dur, avec des rues, du béton, des mètres carrés… C’est dans cette structure que vont s’installer les nouveaux équipements : on a de fait une prégnance de la situation existante sur l’évolution des services. Ce qui est intéressant, c’est de créer le lien entre une offre connectée et souple, et le système lourd dans lequel elle s’insère, à savoir la ville.

 

3. Comment mesure-t-on les attentes des citoyens vis-à-vis des évolutions de leur ville ? Comment y répond-on ? Quels outils technologiques sont à votre disposition pour ce faire ?

Le rôle de l’APUR est avant tout de documenter les choses, d’apporter du quantitatif croisé avec du qualitatif mais aussi de s’intéresser à ce qui est appelé les « signes faibles » qui portent les stratégies de demain : on observe les tendances, l’évolution de la population – comment elle est constituée, ses revenus, le nombre d’enfants, notamment via les recensement de l’INSEE. En parallèle, on mesure les attentes des citoyens en leur donnant la parole et en leur apportant de l’information. Puis tous les signaux sont confrontés, on les suit attentivement et on donne aux nouvelles organisations les moyens de se développer plus vite.

 

4. Quelles sont les principales attentes exprimées par les Parisiens ?

Parmi les signaux observés, les différentes évolutions liées au commerce sont intéressantes : création de pop-up stores, regain du recyclage avec de nouvelles pratiques commerciales, essor du e-ecommerce et tous les impacts que cela engendre sur la logistique et la livraison.

Une autre tendance lourde est la question du partage de l’espace public avec des usages qu’on avait un peu perdu. La multi-mobilité est également une caractéristique qui prendra plus de place dans les années à venir : on est dans la même journée à la fois piéton, cycliste ou automobiliste…

De manière générale, il y a toujours beaucoup d’enthousiasme et un peu de pragmatisme dans le regard porté. Par exemple, alors que l’agriculture en ville cherche à se développer, que l’on installe des circuits courts, plus « naturels » avec par exemple la multiplication des Amap, cela n’empêche pas l’essor des supérettes de proximité et des ventes de repas tout prêts. Les attentes sont multiples, et les réponses également.

 

5. Comment la ville prend-elle en compte la question de l’expérience urbaine, de l’amélioration du parcours urbain pour ses habitants ?

L’aménagement des berges Rive gauche ou encore de la place de la République sont deux exemples d’espaces transformés pour répondre à de nouvelles pratiques.

Pour en arriver là, on étudie le ressenti des habitants dans leur rapport à la ville, leurs attentes. Comment la ville prend-elle en compte l’expérience urbaine ? En étant attentive à ce que ressentent les habitants, en les écoutant. On part de ces observations pour trouver des solutions, de nouvelles méthodes.

 

6. Quelle est votre définition de l’esprit de service ?

Pour moi l’esprit de service, c’est porter une attention prospective aux évolutions de la ville et des attentes de ses habitants. On doit être attentif à ce que les gens souhaitent ou font, et dans le même temps, on doit se situer à d’autres échelles et dans d’autres temporalités pour proposer, anticiper, développer…  Chacun a en mémoire la critique devant telle ou telle nouveauté dans la ville, critique vive au départ, avant que les usages ne valident les nouvelles organisations : cela a été le cas avec l’aménagement de rues piétonnes, celui de la place de la République ou des voies sur Berges… Il faut rester dans une dynamique permanente. L’esprit de service, c’est donc être très attentif mais en perpétuel mouvement prospectif pour toujours rebondir sur ce qu’on a proposé et avancer. C’est une forme de mutation permanente.

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*