Dernières informations

Vive les smart cities !

Aujourd’hui plus personne n’ignore les smart-cities. Ces dernières, jadis fantasmées par les auteurs de science-fiction, font de plus en plus parler d’elles. Loin d’être le seul fruit d’innovations technologiques futuristes, elles sont surtout l’incarnation de nouveaux usages rendus possibles par la mise en place d’innovations de services. Elles sont également une occasion unique de repenser le « vivre ensemble ».

A ce titre, l’étude « Smart Cities. Efficace, innovante, participative : comment rendre la ville plus intelligente ? », publiée par l’Institut de l’entreprise montre bien la place stratégique jouée par les services dans les smart-cities. Les auteurs, sont partis d’un double constat : « la nécessité de freiner l’accroissement des dépenses à l’échelle locale » et « l’émergence de villes intelligentes ». Ils font une dizaine de propositions regroupées autour de quatre axes stratégiques. 

Le premier objectif des smart-cities, d’après les auteurs, serait de « rendre la ville, les services publics et les infrastructures plus efficaces. » Un sujet qui nous est proche, comme le savent les lecteurs de ce blog. Les auteurs proposent, entre-autre, de repenser la mesure de la performance publique à l’ère de la smart-city et de réaliser un guichet unique pour améliorer l’efficacité de l’administration locale. Autres mesures intéressantes : améliorer la qualité de vie et l’attractivité urbaine (par exemple avec des espaces publics attractifs et modernes), favoriser davantage la mobilité (développer des « tiers lieux » comme les espaces de co-working qui permettent de mieux se déplacer et de travailler mieux »), augmenter, enfin, les performances environnementales.

Deuxième axe stratégique : « il faut expérimenter de nouvelles collaborations public-privé pour accroître les retombées économiques ». La mise en place d’un « Local Small Business Act » nous a paru une initiative intéressante qui devrait permettre de développer les partenariats entre les grands groupes et les petites entreprises (la Fête des services – une initiative que nous organisons avec le Groupe la Poste vise justement à encourager les start-up de service innovantes – va justement dans ce sens). Enfin les auteurs proposent de valoriser les entreprises et les villes françaises.

Troisième axe stratégique : « Faire participer les habitants à la ‘fabrication’ de la ville ». Là encore, voici une notion qui nous est chère. Si les Smart-cities se distinguent par la mise en oeuvre d’« usages plus intelligents », il nous semble évident qu’ils doivent être co-construits par les citadins. Pour aller dans ce sens et que l’intelligence soit partagée, les auteurs réclament davantage de transparence de la part des élus, mais également plus d’investissement de la part des citadins. Une plate-forme collaborative, par exemple, devrait permettre à ces derniers de s’investir dans les missions de service public.

Enfin, le dernier axe consiste à « développer les initiatives d’open data au niveau local et en faire profiter l’administration, les habitants et les entreprises ». Il faut tout faire pour que les usagers puissent disposer des données et en même temps, il semble essentiel de les protéger des risques numériques.

Les Smart-cities ont donc un bel avenir devant elles. On dispose désormais d’une quantité d’informations et d’expériences partagées pour améliorer le vivre ensemble. Et on peut tout à fait partir de l’existant. Une ville qui décide de se transformer pour améliorer son accueil peut très bien être qualifiée de smart-city.

Pour passer des villes d’aujourd’hui aux smart cities de demain, nous devons tout simplement nous concentrer sur l’optimisation des services. Commençons donc par bien connaître les attentes des citadins et établissons la liste de leurs principaux irritants. Le design de service a également un grand rôle à jouer dans l’émergence de smart-cities.

Il est également essentiel aussi de pouvoir mesurer la qualité du service, service par service. On doit aussi pouvoir rendre compte régulièrement aux citoyens du déploiement des actions et des résultats obtenus.

Enfin, à l’approche des élections municipales, repensons le rapport entre élus et citoyens. Ces derniers doivent absolument pouvoir participer à la vie locale (débat numérique, retransmission du conseil municipal…)

Nous avons tous un rôle à jouer dans la réussite des smart-cities de demain.

(Pour en savoir plus et découvrir en détail toutes les propositions, téléchargez maintenant le rapport.)

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*