Dernières informations

Rajouter les «services» sur la liste d’objets du Ministre du redressement productif ?

service

Le mois dernier, Arnaud Montebourg a organisé à Bercy une grande conférence pour faire la promotion du Made in France. On pouvait lire sur le mur derrière la scène «Les Objets de la nouvelle France Industrielle». Le Ministre a annoncé «Nous préparons la troisième révolution industrielle».

Or services marchands, services non marchands, services associés…constituent aujourd’hui plus de 70% de l’activité nationale.

N’est-ce pas Arnaud Montebourg, lui-même, qui rappelait que « Si le rééquilibrage de notre balance commerciale passait par une industrie forte, la compétitivité de l’économie est également tributaire de celle des services. En effet, ils contribuent à hauteur de 46% au PIB de la France, emploient 8,9 millions de personnes. Par ailleurs, les activités industrielles et de services sont désormais de plus en plus imbriquées, et partenaires dans la création de valeur. » (Rapport 2011-2012 CPCS)

Aussi, en toute humilité, nous suggérons aux organisateurs d’ajouter «les services» à la liste d’innovations made in France. La 3ème révolution industrielle invoquée coïncidera sans aucun doute avec la révolution des services.

Ainsi «la réinvention des business modèles par le service est un défi majeur »… sans oublier les nombreuses innovations qui créeront de nouveaux métiers (voir à ce propos notre billet sur les métiers de service dans 10 ans) et généreront de nombreux emplois.

Pour dévoiler toute l’innovation dont notre pays est capable, il faut exposer les produits mais aussi les services qui constitueront l’environnement dans lequel ces objets évolueront…et souvent en définiront leur utilisation. L’évolution des usages prend une telle place, que le service devient un objet à part entière. Il vient compléter, enrichir et « remplacer » presque l’objet. Faut-il rappeler, que ce qui fait le succès de l’iPhone, c’est autant le mobile avec ses multiples innovations technologiques que l’ensemble des services qui l’entourent. Certes, on peut comprendre que l’aspect immatériel et parfois, disons-le, «carrément virtuel» de certains services, rende la démonstration plus abstraite. Mais comme pour les produits, l’usage et l’efficacité d’un service peuvent être évalués.

Alors, rendez-vous le mois prochain pour un événement sur « Les Objets et les Services de la nouvelle France Industrielle » ?

 

 

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*