Dernières informations

Penser l’entreprise dans toutes ses dimensions

Frédéric Monlouis Félicité, délégué général de l’Institut de l’entreprise, explique les missions de l’organisme qu’il dirige, mais aussi l’importance d’un management de qualité pour accroître la motivation des salariés et donc la productivité des entreprises.

 

Pour ceux qui ne vous connaitraient pas, pouvez-vous vous présenter ?

J’ai d’abord été officier dans l’armée de terre avant de rejoindre General Electric. Puis j’ai travaillé dans l’univers du logiciel, chez Business Objects d’abord et chez SAP ensuite. En parallèle, depuis 2006, je m’étais rapproché de l’Institut de l’Entreprise en contribuant à des réflexions au travers de différents groupes de travail. J’en ai pris la direction il y a maintenant deux ans. 

 

Vous êtes délégué général de l’« Institut de l’entreprise », quels sont les missions et les objectifs de ce Think Tank ?               

L’Institut de l’entreprise existe depuis 1975 et regroupe 130 adhérents, essentiellement des entreprises. Notre vocation consiste à penser l’entreprise, dans toutes ses dimensions : économiques, sociales, managériales et sociétales. Il s’agit donc à la fois de produire des notes et des rapports, et de contribuer à transformer les pratiques managériales en favorisant les échanges entre pairs. Enfin, le troisième volet consiste à renforcer les liens entre l’entreprise et ses parties prenantes. Ceci, grâce à notre programme Enseignants-Entreprises mais également à l’Institut des Hautes Etudes de l’Entreprise, destiné aux jeunes leaders du monde économique, universitaire, administratif, médiatique et politique.

 

Quel est l’objectif du site d’information « Débat&Co » et de la revue « Sociétal » ?

Nous éprouvions le besoin d’avoir un espace en ligne pour réfléchir à l’actualité économique et sociale, mais aussi pour porter nos sujets auprès d’un public plus large que celui auquel nous nous adressons habituellement. C’est pourquoi nous avons lancé Débat&Co. Il s’agit d’un site pédagogique destiné à diffuser nos idées. Nous l’avons beaucoup utilisé d’ailleurs pendant la dernière campagne présidentielle, notamment pour diffuser le chiffrage des programmes des candidats. En ce qui concerne Sociétal, notre revue trimestrielle, elle est dirigée par l’économiste Jean-Marc Daniel. Elle a vocation à faire le lien entre le monde de l’entreprise et les milieux académiques.

 

Vous avez mené plusieurs réflexions autour du management et de la gouvernance des entreprises. Bien-être des salariés, reconnaissance, valorisation, co-construction sont des termes forts, au centre des préoccupations des entreprises. Sommes-nous à un tournant en termes de management ? Quels sont selon vous les principaux défis auxquels les managers sont confrontés ?

Je ne suis pas certain que l’on puisse parler de « tournant ». En réalité, les entreprises sont en évolution permanente. Les préoccupations d’aujourd’hui sont à mon sens assez proches de celles qui prévalaient il y a quelques années. Et la crise ne fait que révéler des tendances de fond. Les managers doivent préserver la confiance des salariés et les aider à donner du sens à leur travail. Ils sont également confrontés à l’éternelle question de la responsabilité et s’interrogent sur leur capacité à assumer l’ensemble des décisions qu’ils portent. Il faut donc permettre aux managers intermédiaires de jouer pleinement leur rôle, en particulier en alignant responsabilité (leurs objectifs) et autorité (leur pouvoir hiérarchique). En en mot : leur rendre leur capacité, au sens de pouvoir d’agir.

 

Vous avez mené dans le cadre de votre Think tank une réflexion sur la productivité des services. Quelles sont les perspectives et l’impact sur la compétitivité et sur l’emploi ?

Nous avons en effet travaillé sur les pôles de compétitivité afin de comprendre comment ils s’intègrent de façon cohérente pour produire, non seulement de l’innovation, mais aussi des produits et des services avec un potentiel de marché. Il s’agit désormais de savoir comment on arrive à faire profiter l’ensemble du tissu économique français de la productivité des services, qui n’a cessé de progresser.

 

Quelle est votre définition de l’esprit de service ?

Derrière ce terme, je mets principalement la satisfaction du client ou de l’usager, mais pas à n’importe quel prix, que ce soit sur le plan financier ou sur le plan humain. Le mot « service » renvoie à une idée très noble de disponibilité pour autrui. L’esprit de service, cela consiste à répondre à ses clients tout en préservant une atmosphère de travail saine au sein de ses équipes.

 

Avez-vous le sentiment qu’il est suffisamment déployé et intégré dans les stratégies de développement des entreprises (privées, publiques, administrations, etc.) ?

Les entreprises françaises ont beaucoup progressé ces dernières années. En comparaison, on parle trop peu à mon sens de la compétitivité du secteur public, qui devrait aussi se matérialiser par une qualité accrue de service aux citoyens, à un coût inférieur. Cela permettrait à l’Etat de se réformer. Le secteur public a beaucoup à apprendre de ce qui se pratique dans le privé ou dans certaines grandes entreprises publiques. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

 

 

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*