Dernières informations

Management : Odile Duchenne analyse la qualité de vie au bureau

Depuis dix ans, elle scrute et décrypte les conditions de vie au travail des Français. Odile Duchenne, Directrice Générale d’Actineo, est aux premières loges pour observer les tendances et évolutions qui transforment en profondeur les espaces professionnels. Impact sur la cohésion interne, bouleversement du management, responsabilisation des salariés : les enjeux du space planning sont multiples et participent globalement au « mieux travailler ensemble ».

Bonjour Odile, pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis la directrice générale d’Actineo depuis sa création en janvier 2005. Actineo est l’Observatoire de la qualité de vie au bureau : notre ADN est de réfléchir, d’observer, de décrypter tout ce qui a une influence sur la qualité de vie dans les bureaux. En pratique, nous avons trois missions. L’observation, au travers d’enquêtes et de notre baromètre. Le décryptage, notamment par le biais de conférences, d’ateliers et de reportages sur les bonnes pratiques. Enfin, la communication : nous restituons nos analyses pour sensibiliser les chefs d’entreprise et les différents décideurs sur ce sujet.

Quelles sont les tendances de ces dernières années en termes d’aménagement d’espaces dans les bureaux ?

Le space planning est né au moment où l’on se préoccupait uniquement de l’aspect financier de l’aménagement de l’espace et où l’entreprise voyait ses bureaux essentiellement comme une source de coûts. Cette vision a tout d’abord engendré de mauvaises pratiques, avec la création d’open space mal pensés, avant que les space planners ne fassent bouger les lignes en imaginant d’autres types d’implantation favorisant le bien-être des salariés. On voit depuis fleurir des espaces qui offrent une vraie respiration aux salariés, et qui leur permettent de travailler différemment : des espaces informels, des espaces de réunion, des lieux plus agréables…

Les entreprises ont compris qu’il fallait penser en termes de service et de qualité de vie au bureau. Désormais, l’organisation des espaces découle de l’analyse précise de l’activité des salariés, de la nature de leurs missions, de la spécificité de chaque métier dans l’entreprise. Au final, on apporte une certaine souplesse à l’organisation du travail, tout en misant sur le confort.

Quel est l’impact de ces évolutions sur le management ?

Ces évolutions profondes en termes de space planning ont été amorcées il y a cinq ans et ont beaucoup déstabilisé le management intermédiaire, qui était habitué à avoir ses équipes sous la main. Le développement d’une grande mobilité du travail, au sein même de l’entreprise, a radicalement modifié la donne et a remis en question le management traditionnel : ces nouvelles organisations demandent à manager sur objectifs, exigent de rendre les équipes plus autonomes, de travailler sur une nouvelle cohésion interne… Cela a globalement un impact positif, avec des salariés plus responsabilisés et valorisés.

Pouvez-vous nous parler d’un exemple concret de bonnes pratiques d’aménagement qu’Actineo a pu observer ?

J’ai en tête le dernier exemple en date que nous avons étudié, à savoir Le Village, créé par le Crédit Agricole à Paris. Installé au cœur de la capitale sur huit étages, il s’agit d’un espace d’open innovation destiné à recevoir plus de cent start-up. Conçu comme un lieu de partage et de création, l’espace a été pensé de façon à ce que startups, entreprises, partenaires, et Caisses Régionales de Crédit Agricole coopèrent ensemble. On retrouve ainsi dans le bâtiment des micro-environnements de la marque Soft Work, avec des assises souples, pour encourager innovation et créativité, pour se concentrer ou se détendre, avec un espace privé, mais ouvert. Ont également été installés des solutions de gestion et réservation des salles de réunion à distance ou sur place : les espaces de réunion sont une ressource précieuse et il est important pour les utilisateurs de pouvoir facilement y accéder. Des zones d’accueil ont aussi été prévus, avec une gamme de produits d’ameublement qui créent une atmosphère conviviale pour l’espace de travail, et une ambiance moderne et chaleureuse pour les salons VIP. On est vraiment dans le meilleur des aménagements inspirés de l’esprit startup, qui pense créativité, cohésion interne et bien-être au bureau.

Quelle est votre définition de l’esprit de service ?

Appliquer l’esprit de service aux salariés dans l’entreprise, c’est leur donner la possibilité de travailler dans des lieux adaptés à leur activité. Il est essentiel aujourd’hui d’avoir des espaces dans l’entreprise ou des tiers-lieux qui répondent aux besoins des salariés : or ces derniers évoluent, sont en constant mouvement, et les espaces doivent pouvoir s’adapter au fil des demandes. Il s’agit d’offrir cette flexibilité et cette souplesse aux salariés. C’est un vrai défi pour les RH, qui doivent réinventer et mettre en place les bons modes de fonctionnement.

Apparté :

Les relations de service sont également au cœur des enjeux des ressources humaines et du management des entreprises: sens, accompagnement, autonomie, confiance, coopération, transversalité… chaque collaborateur est maillon de la chaîne du service qui va enchanter le client.

En ligne avec cette thématique, j’interviendrai le mercredi 3 juin 2015 en tant que Président de l’association Esprit de Service France au Salon Vitaelia à Paris.

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*