Dernières informations

L’innovation Food&Tech à la française avec Jérôme Seillier, cofondateur de DigitalFoodLab

Nouvelles technologies et gastronomie : deux passions qui s’associent parfaitement pour Jérôme Seillier. Cofondateur de l’incubateur de startups DigitalFoodLab, cet explorateur de tendances revient sur l’importance de l’innovation dans le secteur Food&Tech et sur la notion d’esprit de service qui guide cet écosystème en pleine expansion.

 

1. Bonjour Jérôme, pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis cofondateur de DigitalFoodLab, l’association des startups Food&Tech françaises, qui a pour vocation de fédérer et de promouvoir les éditeurs de solutions numériques dans le secteur de l’alimentation. Ce collectif, a été créé cet été avec les fondateurs de wecook et continue de se développer. Nous organisons des événements et mettons en place des actions collectives afin de mieux faire connaître ce paysage de l’innovation Food&Tech à la française.

 

2. Quelle est la place de l’innovation et de la technologie dans le domaine culinaire ?

Depuis une quinzaine d’années, l’innovation numérique prend une place de plus en plus importante dans le domaine culinaire. La première vague a eu lieu au début des années 2000 avec le développement d’Internet. On a vu apparaître les premiers sites de recettes et de courses en ligne, les forums et les réseaux sociaux dédiés à la cuisine.

A partir de 2007, le développement du mobile a constitué une deuxième vague d’innovation dans  le champ de la cuisine et de la restauration avec l’apparition des services de réservation de restaurants, de livraison à domicile, de partage de photos.

 

3. Selon vous, quelles seront les grandes tendances food de demain ?

Le développement des objets connectés, constitue aujourd’hui une nouvelle fenêtre de développement dans le domaine de la santé et de la nutrition. L’impression 3D commence également à faire son entrée dans le secteur food avec des approches très différentes. Des créatifs inventent par exemple, de nouvelles sortes de confiserie avec des formes complexes. D’autres acteurs apportent une  approche plus utilitaire avec des plats « à imprimer » parfaitement adaptés aux besoins nutritionnelles et physiologiques des sujets.

 

4. Pouvez-vous nous parler des prochains grands événements à venir et de leurs objectifs ? 

On trouve des événements consacrés à la communication digitale autour des marques de l’agro-alimentaire, il y a aussi des dates dédiées à l’innovation et au numérique qui intègrent un volet food à leur programmation. Mais il n’y a pas encore d’événement véritablement dédié à l’innovation digitale dans le secteur food, du moins pas en France.

C’est pourquoi nous projetons de créer ce type d’événement au sein de l’association DigitalFoodlab et je profite de cet espace pour lancer un appel à contribution auprès des lecteurs qui seraient intéressés par l’opération.

 

5. Pour finir, quelle est votre définition de l’esprit de service vis-à-vis des consommateurs et des services qui leur sont proposés ? 

Selon moi, la définition de l’esprit de service dans le secteur Food&Tech tourne autour de la capacité des solutions à répondre de façon contextualisée et instantanée aux problèmes des consommateurs dans la préparation des repas : aide à la sélection et à l’achat des produits, réponse aux contraintes des membres du foyer (budget, objectifs, interdits et intolérances alimentaires…). Les technologies évoluant sans cesse, le potentiel d’innovation reste totalement ouvert.

Ce message a 1 Commentaire

  1. Pierre dit :

    Question: doit-on aller vers l’innovation à tout prix en matière de gastronomie et trouver, dans quelques années dans nos cuisines, des imprimantes 3D capables de fabriquer sur demande tous plats en éléments de synthèse, tel qu’on le présentait dans le film « Le 5ème élément » de Luc Besson ?

Laisser un commentaire


*