Dernières informations

Le Programme d’Investissements d’Avenir au sein de la Caisse des Dépôts avec Philippe Dewost

Co-fondateur de Wanadoo et ancien dirigeant de startup, Phillipe Dewost compte plus de 20 ans de carrière dans le secteur High-Tech, en France et à l’international. Aujourd’hui en charge du volet « économie numérique » du Programme d’Investissements d’Avenir au sein de la Caisse des Dépôts, il partage avec nous les actions et les grands enjeux de l’institution, au service de l’intérêt général depuis bientôt 200 ans.

 

1. Bonjour Philippe. Pour ceux que ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter ?

J’ai rejoint la Caisse des Dépôts il y a un peu plus de 3 ans à la suite d’un parcours dans le secteur high tech, mêlant des expériences de direction dans des grands groupes et en startups ; la dernière, que je dirigeais à Cambridge (UK) a été acquise par Apple en 2010 A la Caisse des Dépôts, je suis en charge du volet numérique du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), et plus spécifiquement désormais de la supervision des fonds d’investissement, qui couvre toute la chaîne du financement des entreprises innovantes. Je continue de suivre attentivement le déploiement de la French Tech, initiée à l’issue du rapport que le gouvernement nous avait commandé en 2013. Je suis enfin en charge de la transformation digitale de la Caisse des Dépôts auprès de sa Secrétaire Générale.

 

2. Quelles sont les missions de la Caisse des Dépôts et comment contribue t-elle au développement de l’économie française ?

La Caisse des Dépôts est une institution financière unique en son genre qui fêtera son bicentenaire l’an prochain. Elle est au service de l’intérêt général depuis sa fondation et exerce son action à travers les territoires français, en apportant son soutien à l’ensemble de l’économie, que ce soit via les participations financières qu’elle détient dans un très grand nombre d’entreprises ou à travers les financements de projets qu’elle engage. Le Groupe Caisse des Dépôts comporte un certain nombre de filiales, la principale d’entre elle, Bpifrance (la Banque Publique d’Investissement), est entièrement tournée vers le service des entreprises et leur financement.

C’est donc un groupe extrêmement diversifié qui irrigue la quasi totalité de l’économie française en plaçant toujours l’intérêt général au cœur de ses activités, via notamment sa capacité à accompagner des projets sur des horizons de temps pour lesquels il n’existe pas d’offre de financement.

 

3. Pouvez-vous nous parler de la place de l’innovation et du numérique au sein de la Caisse des Dépôts, et plus particulièrement du PIA ?

La Caisse des Dépôts porte l’innovation dans ses gênes et a participé de manière très structurante à l’effort de reconstruction du pays et de ses principales infrastructures, y compris de télécommunications. Elle est résolument tournée vers le numérique depuis 2001.

Le programme d’investissements d’avenir, précédemment dénommé « grand emprunt », était un choc d’investissement de 35 milliards d’euros lancé par le précédent Président de la République visant à susciter de l’investissement privé sur les douze prochaines années. Les investissements numériques concernent pour partie le financement des infrastructures très haut débit, c’est-à-dire l’accompagnement des collectivités territoriales dans le déploiement de la fibre optique dans les régions moins denses. A ce titre, nous sommes un des acteurs du plan France Très Haut Débit, porté aujourd’hui par le gouvernement.

Nous co-investissons dans de nombreuses entreprises numériques à travers le fond FSN ambition numérique, dédié aux PME et startups innovantes, doté de 300 millions d’euros. Le fonds détient déjà une vingtaine de participations dont plusieurs fleurons de la French Tech comme SigFox, Netatmo, Scality ou encore Talentsoft.

Nous sommes également actifs en financement d’un certain nombre de projets visant à accompagner l’accélération de la numérisation du patrimoine culturel français et de sa valorisation.

A travers toutes ces démarches, nous portons l’esprit du PIA qui est un esprit de sélectivité et d’investissement avisé. Tout est mis en œuvre pour qu’à l’horizon de 2020, la création de valeur nette pour l’Etat soit maximale.

 

4. Quels sont les critères de sélection de ces entreprises et startups ?

Les principaux critères dans le capital risque c’est l’ambition du projet, les différenciateurs de marché et technologiques, la qualité et la capacité de l’équipe à exécuter son projet et à créer de la valeur dans un laps de temps très court.

Au moment du lancement du programme, le gouvernement et le commissaire général à l’investissement (René Ricol, auquel ont succédé Louis Gallois puis Louis Schweitzer) ont défini les secteurs qui couvrent le spectre du numérique : le cloud, l’e-santé, l’éducation, les technologies de réseau, les technologies de cœur de filière, le logiciel embarqué ; sur proposition de la Caisse des Dépôts, la thématique du Big Data, dans laquelle excellent les startups et laboratoires français, a été ajoutée dès début 2012.

 

5. En dehors des fonds d’investissement, que faut-il faire pour améliorer les services publics en France et accompagner les collectivités territoriales dans la transformation numérique ?

Il existe un certain nombre d’interventions du PIA qui accompagnent la numérisation des services publics :

– Le financement des infrastructures de « cloud souverain » qui permettent aux collectivités territoriales d’avoir accès à de la ressource de calcul et de stockage en mode cloud public sécurisé.

– Concernant l’accompagnement des écosystèmes territoriaux, la principale action du PIA porte sur la French Tech, un projet lancé par Fleur Pellerin au début de l’année 2013 à la suite d’un rapport que la Caisse des Dépôts avait préparé à la demande du gouvernement. Ce rapport portait sur les « quartiers numériques » et sur la manière de rendre les écosystèmes numériques dans nos principales métropoles les plus attractifs possibles vis-à-vis d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers. La première liste des métropoles labellisées French Tech a été rendue public en novembre 2014 par Axelle Lemaire. Nous avons un 2ème volet sur le financement d’accélérateurs, des structures tournées vers les startups qui les aident à croître plus vite dès leurs premières semaines d’existence. L’attractivité complète le projet avec la promotion de nos écosystèmes de startups à l’étranger, avec Business France : la France est très réputée pour ses ingénieurs, développeurs et algorithmiciens, mais pas encore suffisamment pour ses entrepreneurs alors que nous avons OVH, Criteo, SigFox, BlaBlaCar, Parrot,… sans oublier Xavier Niel. C’est tout cet écosystème qu’il faut arriver à manifester, à rendre plus perceptible et attractif au vu de l’étranger et la French Tech y contribue. Au CES à Las Vegas début Janvier 2015, la France était en tête des délégations étrangères et la presse étrangère a salué le phénomène avec surprise et enthousiasme.

 

6. On parle de plus en plus du développement des smart cities. Perd-on la dimension humaine ou est-il possible de mettre l’humain au cœur de ces évolutions ?

Tout dépend de la finalité. Si l’objectif premier est de réduire les coûts, d’économiser et d’optimiser et que ce faisant, vous ne vous souciez pas de ce que les citoyens expérimenteront comme service, il s’agit de planification urbaine assistée par ordinateur.

Vous pouvez à l’inverse placer le citoyen au centre, tout en déployant autour de lui des technologies extrêmement avancées. Le vrai sujet de la smart city c’est la donnée, sa contextualisation, et la capacité que vous avez à mesurer en temps réel un certain nombre d’interactions auxquelles vous n’aviez pas accès jusque là, et de déduire de ces interactions des optimisations de vos services et de vos dépenses. Il est possible de rendre le citoyen acteur par 2 moyens :

– En étant entièrement transparent sur ce que vous faites de leurs données et sur la manière dont elles sont utilisées pour améliorer les services, surtout si cette amélioration est expérimentable par les citoyens eux-mêmes.

– Grâce aux technologies numériques, vous rendez les citoyens acteurs de l’évolution de leur environnement. Je pense à l’expérimentation d’Alain Renk sur son projet Unlimited Cities : il fait des repérages dans certains quartiers où la municipalité a un projet de réaménagement et par le biais de tablettes, il va interroger les habitants du quartier et les faire réagir sur différentes possibilités, en les informant sur le coût et les conséquences qu’elles impliquent. Je vous invite à regarder sa vidéo dans laquelle on voit différentes simulations de ce que à quoi un quartier pourrait ressembler, et les conséquences sur la société. En faisait participer les citoyens sur l’expression de leurs désirs, vous les associez de manière intelligente aux conséquences locales, et par conséquent, vous les rendez plus intelligents, d’où la notion de smart citizen.

Le sujet Smart City est en partie couvert par le programme « Ville de demain », qui a pour objectifs de financer les projets innovants et de favoriser l’émergence d’un nouveau modèle urbain.

 

7. Pour finir, quelle est votre définition de l’esprit de service ?

Au sein de la Caisse des Dépôts, il y a un esprit de service public que l’on qualifie de service de l’intérêt général puisque nous sommes une institution financière indépendante. Dans nos métiers, nous sommes animés par l’esprit de service car nous accompagnons sur la durée les entrepreneurs et les projets sur lesquels nous investissons.

De mon point de vue, l’esprit de service est également personnel : on l’incarne et on le vit au quotidien avec son entourage immédiat.

C’est ainsi le fait d’être disponible, fiable, de tenir ses engagements, de se soucier de ceux dont on a la responsabilité quand on est en situation de management, de s’assurer qu’ils ont tous les éléments dont ils ont besoin pour accomplir la mission qui leur a été confiée, mais également de se développer au travers de cette mission.

 

8. Et avec La Poste ?

Collaborateurs de longue date, La Poste et la Caisse des Dépôts ont récemment co-financé l’étude « La transition numérique au cœur de la stratégie d’entreprise », confiée à The Family, qui décrit toute la transformation numérique de l’économie française et son impact sur différents secteurs.

Ce message a 2 Commentaires

  1. Bourse dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ce que vous écrivez. L’avenir est à investir dans les start-up

  2. Bourse dit :

    L’avenir investir dans les start up

Laisser un commentaire


*