La numérisation de la relation ouvre la porte à de nouvelles pratiques, le « yield management »

La numérisation de la relation ouvre la porte à de nouvelles pratiques. Le « yield management », qui consiste à faire varier les tarifs en fonction de l’offre et de la demande, sort ainsi de ses deux secteurs de prédilection, le transport et l’hôtellerie, pour gagner de nouvelles activités.

Pourquoi, par exemple, ne pas utiliser cette méthode pour remplir les salons de coiffure lors des heures creuses ? C’est le pari de la startup LeCiseau.fr qui commence à prendre corps.
 
Après Toulouse, Bordeaux, Montpellier, Lyon et Saint-Étienne, l’entreprise s’est installée à Paris fin 2017. Elle compte déjà 200 salons partenaires, dont 100 dans la capitale, indique L’Usine Digitale. Le consommateur n’a qu’à se rendre sur le site LeCiseau.fr pour se voir proposer une réduction de 50 % sur les créneaux en heures creuses.
 
Une pratique impossible à dupliquer en dehors de l’univers des services ? Voire. Le Figaro s’interrogeait récemment : « Les prix fixes vont-ils bientôt disparaître des grandes surfaces ? Le prix d’une glace sera-t-il différent en fonction de l’heure à laquelle vous vous rendez au supermarché ? » Trois des plus grands supermarchés britanniques, Tesco, Sainsbury’s et Morrisons, travaillent ainsi actuellement sur la possibilité d’introduire le « surge pricing », un mode de tarification dynamique qui consiste à majorer ponctuellement les prix en cas de demande importante. Le surge pricing, c’est aussi la méthode employée par Uber pour relever ses prix lors de périodes d’affluence. En 2016, Marks & Spencer avait déjà mené l’expérience dans un de ses magasins anglais. Pour mieux gérer l’afflux de clients au moment du déjeuner, l’enseigne baissait le prix de ses sandwichs avant 11 heures afin d’encourager ses clients à acheter leur encas plus tôt. Une forme de promo qui donne les clés au client pour profiter de la réduction, et qui permet au magasin d’optimiser ses frais de fonctionnement et de réduire ses taux d’invendus.

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*