La bienveillance ; c’est savoir écouter sans juger !

J’ai à cœur de vous faire partager ce papier rédigé par Guillaume Peter, acteur reconnu de l’intelligence collective, sur l’enjeu de la bienveillance.  A lire et à partager !

Dans un très bon podcast d’Outils du Manager, podcast en français de @CédricWatine, chef d’entreprise, François Dupuy , chercheur-sociologue des organisations au CNRS, puis consultant et enseignant à l’INSEAD, auteur de la série Lost in management (dont La faillite de la pensée managériale) et nous donne une belle et originale définition de la bienveillance :

« On peut comprendre que la bienveillance soit difficile à définir car il y a beaucoup de définitions différentes. J’utiliserai une expression anglaise : Not to be jugdemental : ne pas porter de jugement, dès que quelqu’un vous dit quelque chose ou même fait quelque chose. Cette capacité à ne pas juger tout de suite et à comprendre, ce qui ne veut pas dire accepter, ce qui veut dire comprendre par quel mécanisme l’acteur a été amené à dire où à faire cela. C’est ça, la bienveillance. À partir du moment où l’on cherche à comprendre avant de juger, cela veut dire que les mots ou les actes ne recouvraient pas la première impression que l’on avait eue. Une des vertus de la sociologie, c’est de vous apprendre à comprendre sans juger. Et donc d’essayer de comprendre comment l’acteur a cette perception de la réalité. Et là vous faites preuve d’une réelle bienveillance. Dans une entreprise ce serait d’essayer de reconstituer le contexte et de prendre en compte la situation qui a conduit à un tel comportement. C’est ce que permet de faire les sciences sociales qui malheureusement sont en train de disparaître de l’univers des entreprises. Les entreprises qui sont beaucoup plus dans le jugement que dans la compréhension. » On notera que François Dupuy rejoint un psychologue social de référence, Kurt Lewin (1890-1947) , dont l’équation célèbre B=f (P,E)souligne l’importance de la situation ou du contexte( E pour Environnement) pour expliquer un comportement, ce dernier n’étant pas le seul résultat de la personnalité (P).

Je suis d’autant plus sensible à cette définition de la bienveillance que les processus d’intelligence collective que nous promouvons avec @OlivierZara ( l’Excellence Décisionnelle ) reposent sur le principe de l’écoute active. L’écoute active, c’est en effet arriver à se taire alors que l’on voudrait parler, ou finalement… d’émettre un jugement !

Dans le même podcast, Cédric Watine rappelle que nous sommes des « machines à juger » et qu’il est difficile de s’en empêcher. En effet, c’est notre mode de survie dans un monde d’informations pléthorique. Grosso modo, nous « catégorisons » nos perceptions pour préserver nos capacités cérébrales. D’où les stéréotypes et les préjugés qui nous piègent. Cela fait partie de nos « biais cognitifs ». Daniel Kahneman l’a bien décrit dans son ouvrage Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée. C’est à ce stade que l’intelligence collective reprend tout son sens et son intérêt par neutralisation ou annulation des biais cognitifs. Des auteurs comme Emile Servan Schreiber (SuperCollectif), Olivier Sibony (Vous allez commettre une terrible erreur), Olivier Zara ( La stratégie du thé, L’excellence décisionnelle) se rejoignent tous sur ce point. La force du groupe et d’une collaboration méthodique reviennent au premier plan des méthodes de management.

TIMBER Conseil Cabinet conseil RH et Management  – Guillaume PETER  Fondateur dirigeant

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*