Dernières informations

Ilham Guggenheim décrypte les enjeux de la transformation digitale des entreprises

Les mutations profondes des consommateurs à l’ère numérique bouleversent les entreprises et leurs stratégies de communication et marketing. Passionnée par le digital et l’entreprenariat, Ilham Guggenheim, Directrice de l’agence Les 12 Coups de Minuit spécialisée dans le conseil et la formation marketing, accompagne les entreprises dans cette transformation.

 

1. Bonjour Ilham, pouvez-vous vous présenter ainsi que vos activités ?

Je suis fondatrice et Directrice conseil de l’agence Les 12 Coups de Minuit. Je donne par ailleurs des cours à l’EEMI et j’interviens aux conférences au sein de plusieurs écoles, notamment le Pôle Universitaire Léonard de Vinci – IIM, Toulouse Business School et Grenoble Ecole Management. Les 12 Coups de Minuit est une agence de conseil et de formation en marketing. Nous intervenons en partenariat des agences de communication, dans les phases de cadrage et de stratégie bien avant la mise en place opérationnelle.

 

2. Dans quelles mesures les entreprises ont-elles besoin d’être accompagnées et comment peuvent-elles s’adapter aux mutations du consommateur ?

Je pense premièrement au digital qui a complètement révolutionné notre manière de consommer et de manière plus générale, notre rapport aux marques. Avant, on pratiquait la communication de masse. L’entreprise articulait son plan de communication autour des supports médias qu’elle achetait. Aujourd’hui, nous ne sommes plus dans ce mode push, nous sommes dans la personnalisation de masse, avec le consommateur au cœur et les médias qui interagissent ou non avec le consommateur. Avec l’explosion du digital, les entreprises ne peuvent plus appréhender leur communication comme il y a une dizaine d’années.

Le second facteur à prendre en compte sont les budgets, de plus en plus restreints. Il est parfois difficile pour une entreprise de recruter une équipe de 4/5 personnes pour gérer une nouvelle problématique. Il est plus facile pour elles de faire appel à un prestataire ad’hoc, qui fournit un suivi. Cela représente un intérêt pour elles car ils disposent d’un œil externe et expert, à la demande.

 

3. Avez-vous constaté des difficultés de la part des entreprises à s’adapter à ces changements ?

Pour certaines d’entre elles, elles ont du mal à s’adapter à l’arrivée du digital et à un consommateur plus versatile, multi-facettes. Le client change d’avis et le revendique. Il est plus informé grâce à internet. Les entreprises ont des challenges à relever avec ce nouvel écosystème digital et face à ce consommateur qui change et qui est confronté à la crise.

 

4. Y a t-il d’autres réponses à apporter en dehors du numérique ?

Il faut tout d’abord définir les objectifs. Nous partons d’un référentiel, lisible pour tous, et nous fixons les indicateurs de performance. Le digital n’est pas une finalité. Récemment, j’ai travaillé avec une institution financière qui avait une problématique d’activation des points de vente. Nous avons opté pour une belle promotion en magasin en s’appuyant sur du street marketing.

Selon la FEVAD, plus de 93 % des achats se font encore en magasin. Il faut fluidifier le parcours entre le offline et le online car le point de vente physique reste le socle pour la plupart des entreprises. Il faut arrêter aussi d’opposer offline et online,  les deux vont de pair et peuvent répondre à des objectifs complémentaires.

 

5. Si vous deviez définir l’esprit de service au sein de votre métier ?

L’esprit de service est représenté par les valeurs de l’entreprise depuis sa création :

L’excellence et le dépassement des standards pour aller au-delà de l’attente client
L’humilité : nous avons certes des compétences mais nous nous remettons toujours en cause. Nous faisons les missions main dans la main avec nos clients et nous prenons en compte les feedbacks qui sont essentiels
La confiance : elle est capitale et se construit sur long terme.

 

6. Vous faites partie de l’association Cyberelles. Les femmes sont aujourd’hui à la fois présentes et cachées. Pouvez-vous nous en parler ?

Cyberelles a été créé il y a plus de 10 ans, c’est l’un des premiers business club féminin qui s’est positionné dans le digital. C’est un business club au sens dynamique et convivial du terme. On est toutes entrepreneures ou travaillant dans l’univers du digital. Ce qui nous caractérise, c’est un esprit d’entraide. Nous nous sommes rendues compte que lorsqu’on crée son entreprise, il nous manque surtout le réseau. De mon point de vue, les femmes, de manière générale, sont moins dans le networking et le réseautage que les hommes. Elles sont plus dans une optique d’efficacité, liée à un agenda rempli et souvent, des contraintes familiales qu’elles acceptent. Cyberelles dispose d’un réseau et permet de mettre en relation des entrepreneures. Nous sommes aujourd’hui plus d’une centaine.

 

7. Qu’est-ce que « Power starter » ?

Power Starter est un concours national qui vise à reconnaître des e-entrepreneures, issues de la diversité ou des quartiers difficiles, qui en est à sa 3ème édition. L’idée est de donner un coup de pouce à des femmes qui ont envie de créer leur entreprise, avec du mécénat de compétences donc des expertes en stratégie, juridique numérique, création de site web…  à travers le mentoring et avec l’aide de nos partenaires Orange et BNPParibas qui fournissent une dotation. J’ai accompagné Valérie Lachavanne, meilleur espoir de Power Starter, sur son projet de webzine féminin. L’équipe envisage de lancer une 4ème édition bientôt !

 

8. Pour finir, pouvez-nous nous parler de votre activité d’enseignante et de l’esprit de service qui vous anime ?

J’ai l’impression de transmettre du savoir à des étudiants méritants. Cela m’oblige à structurer ma pensée et à conceptualiser des actions opérationnelles que j’effectue au quotidien.
Les étudiants sont très digitalisés. Lorsqu’ils arrivent à un cours de marketing digital, ils pensent savoir énormément de choses. Je leur donne une méthodologie et leur apprends que le digital ne se résume pas à un réseau social.
Au delà d’un savoir-faire, c’est un savoir-être qui fera la différence par la suite. Ils se démarqueront par leur pugnacité pour y arriver, en continuant à se remettre en cause.

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*