Dernières informations

L’ e-administration progresse également à l’Est

Désormais, l’e-administration se développe à l’Est comme à l’Ouest. De Paris à Moscou en passant par Varsovie, tout le monde partage le même objectif : favoriser le développement de l’e-administration pour simplifier la vie des citoyens. Un pays comme la Pologne, par exemple, est particulièrement soucieux de développer son e-administration comme l’illustre une enquête récente de KPMG parue à l’occasion d’un panel de discussion au forum économique de Krynica.

Quelques données utiles : rappelons tout d’abord que le pays se trouve à la 47ème place mondiale de l’index de l’ONU qui mesure l’état de développement des différents e-gouvernements dans le monde. La Corée, la Hollande et la Grande-Bretagne occupent respectivement les trois première places de ce classement, la France, quant à elle, se trouvant à la sixième place. Mais le développement du e-gouvernement reste un véritable enjeux aux yeux des décideurs du pays. La preuve en est que désormais tous les Ministres du gouvernement polonais ont créé leur compte sur Twitter.

Quels sont les services en ligne les plus consultés par les Polonais ? D’après KPMG, vient en premier lieu les services en ligne liés à la santé avec 29,1%, puis les actes d’état civile, 27,4%, les bibliothèques publiques 25%, les déclarations d’impôts 24,8% et enfin, les documents d’identité 24,7%. La principale barrière à l’usage des e-service serait, d’après la même enquête, la nécessité de se présenter en personne au bureau du service concerné, 56% et l’absence de confiance par rapport à la bonne exécution du service en ligne, 44%. On mesure les progrès que le pays peut encore accomplir en la matière.

Notons au passage, que la Pologne possède autant de smartcities que la France. Une chose est certaine donc, la bureaucratie à l’ancienne est bel et bien dépassée et désormais, l’accessibilité des services en ligne est une donnée qui pèse dans la balance de l’attractivité des nations, en Europe et dans le Monde.

On pensera pour appuyer cette réflexion aux travaux d’Elisabeth Lulin sur le Service 2.0. D’après elle, le service public participatif est un modèle alternatif qui ne relève plus de l’utopie : «Changer de modèle, transformer les citoyens de consommateurs en co- producteurs du service public nous semble donc aujourd’hui être une réelle possibilité. Une chance à saisir tant pour répondre aux besoins sociaux dans des conditions économiquement viables pour le pays que pour ranimer le sentiment d’appartenance à une communauté civique.»

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*