« Collaborateur » et « Personnel » Itinéraire de concepts commensaux – Le sens des mots par Jeanne Bordeau

  •  Ce que « Collaborateur « et « Personnel » peuvent inspirer naturellement

 

« Collaborateur » et « Personnel », voici deux mots qui ont tendance à déjeuner à la même table.  Deux mots hôtes du monde du travail.

 

« Collaborateur » dans son sens premier, est l’addition de Cum, « avec », et de Laborare, « travailler ». « Celui, celle qui travaille avec une ou plusieurs autres personnes à une œuvre commune ».[1]

 

« Personnel », lui, semble bien loin de cette « œuvre commune ». Instinctivement, il nous plonge par exemple chez Courteline. Messieurs les ronds-de-cuir oblige :

 

« C’était un tableau comparé du personnel de la Direction où figuraient les employés, du plus gros jusqu’au plus humble ».[2]

 

D’ailleurs, dès le départ, plane l’impression que « Personnel » désigne le groupe, la masse et que « Collaborateur » s’intéresse plus à un individu spécifique. Une impression  confirmée par Le Robert qui note qu’en 1835, il s’agissait bien, par ce mot « Personnel », de parler de « L’ensemble des personnes employées dans une maison, une entreprise, un service et par extension une catégorie d’activités ».

 

Et, cela apparaît dans la thèse de Cécile Omnès : La Gestion du personnel au  Crédit Lyonnais de 1863 à 1939,  une fonction en devenir (genèse, maturation et rationalisation)[3]. Dans cette thèse, on remarque que le terme « Personnel » apparaît plus de 90 fois contre une dizaine de fois pour « Collaborateur ».

 

Peut-être est-ce une conclusion hâtive, mais on a vraiment le sentiment qu’à l’époque, « Personnel » est lié aux « Archives du Personnel », « Dossiers du Personnel ». En 1893, le Lyonnais indique qu’il faut « les photographies de face et de profil du personnel »  sur les dossiers individuels. En revanche, « Collaborateur » suggère d’autres formulations : « La Direction a désiré que dans une suite de conférences, spécialement choisies, nous exposions à nos jeunes collaborateurs le fonctionnement de nos différents rouages ».

 

« Collaborateur » personnalise, « Personnel » semble plus collectif et, rions un peu, semble plus impersonnel !

 

  • Ce que « Collaborateur » et « Personnel » peuvent  remettre en cause

 

Et, même si « Collaborateur » et « Personnel » se promènent au pays des Ressources Humaines, ils entament des  cheminements différents et complémentaires.

 

« Personnel » reste chevillé à l’idée de contraintes, d’obligations collectives.  « Au nom de la compétitivité, la firme Renault  a annoncé son intention de faire travailler plus longtemps les personnels en équipe » titre l’Humanité.[4] Or, quand il s’agit de s’adresser directement à l’individu, on pense « Collaborateur ». En 1994, la Lyonnaise des eaux distribue des codes de bonne conduite à son personnel. Mais justement, pour relater cet événement, personne n’utilise le terme de « Personnel ». Afin de montrer que ce code responsabilise l’individu naturellement, Libération annonce : « La Lyonnaise des eaux distribue des codes de bonne conduite à ses collaborateurs ». Du reste, La Lyonnaise des eaux évoque ses valeurs sous la mention : « Règles de conduite des collaborateurs du groupe ».

 

« Collaborateur » porte donc un souffle particulier.

 

Le mot « Co-llaborateur » imprime l’idée de co-création, de co-aventure, d’accompagnement – plus que de management autoritaire – et évidemment plus de « Coaching » !

 

Arrive ainsi en 2007, le Dictionnaire des coachings [5]. Ce qui ressort de cet ouvrage, c’est la prise en compte des besoins spécifiques du collaborateur qui doit imprégner la démarche du manager.

 

Analyse confirmée par le psychologue Roger Moyson qui prévenait déjà en 2001 : « Il ne suffit plus de produire. L’Entreprise doit développer son potentiel humain pour séduire le client. Les systèmes de management sont insuffisants. Il n’y a que le chef qui puisse dynamiser les membres de son équipe […] Le chef revient donc à l’avant-plan. Son rôle est devenu essentiel et, actuellement, il est important qu’il devienne le véritable coach de ses collaborateurs »[6]

 

Si nous nous transformions en juge de paix de la langue, nous pourrions constater que « Personnel » a pris un coup de vieux. Il suffit de jouer à cette petite recherche. Si sur le net, vous cherchez l’expression « Personnel heureux »,  les résultats vous renvoient vers l’idée de développement personnel. Il n’est que très rarement question du « Personnel » de l’entreprise. Comme si « Heureux » et « Personnel » n’avaient plus vocation à se rencontrer. Toujours sur la toile, si vous associez « collaborateurs » et « heureux »,  vous vous voyez alors submergé par les occurrences reliées au monde de l’entreprise !

 

  • Ce que « Collaborateur » et « Personnel » propulsent utilement

Ce que « Collaborateur » et « Personnel » mettent en relief, c’est la perception et la relation que chacun d’entre nous peut avoir avec son travail, sa mission.

 

Il ne suffit pas de changer les mots, il faut changer les attitudes. Si un groupe décide spontanément, au nom du mieux-être collectif, d’employer désormais systématiquement le mot « Collaborateur », cela n’implique pas immédiatement une amélioration du climat  professionnel. Ne plus dire « Le Personnel est informé de la fermeture du restaurant d’entreprise »,  mais  préférer « Les Collaborateurs sont informés de la fermeture du restaurant d’entreprise » revient à jouer avec les mots. Car l’entreprise est face à un immense défi.

 

Elle peut effectivement considérer ses Hommes comme des collaborateurs pour les valoriser individuellement et estimer que « Personnel » ne peut s’utiliser que pour poser des règles administratives. Cependant,  distinguer le « Collaborateur » ne doit pas empêcher l’émergence du collectif, du sentiment d’appartenance. Pourquoi insister sur ce constat essentiel ?

 

La Croix  publiait récemment un article qui expliquait : « Travailler n’est plus une garantie contre la solitude ».  Dans ce papier  le psychiatre Gérard Macqueron, auteur de Psychologie de la solitude, remarque « l’omniprésence des outils de communication », précisant que « le téléphone et les mails dominent les échanges, ce sont parfois les seuls contacts avec l’extérieur ».

 

Conclusion du praticien : « Il faut pouvoir apporter de la réflexion et du sens à ce que l’on fait ».[7][8]

 

Puisque les managers se transforment en coach, ils se retrouvent dans une composition subtile. Avoir conscience de l’existence de chacun, en qualité de collaborateur. Mais, le « Collaborateur » doit pouvoir se sentir relier à une équipe, à une vision, et finalement au « Personnel » de l’Entreprise. C’est sans doute parce que ces deux mots ne possèdent pas la même connotation, qu’ils déjeunent à la même table pour se compléter.

 

Jeanne Bordeau

Fondatrice de l’Institut de la qualité de l’expression

 


[1]   Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue Française, les mots et associations d’idées,  Paul Robert, Le Robert, édition de 1983

[2] Messieurs les ronds-de-cuir de Georges Courteline, Flammarion, 1993

[3] La gestion du personnel au Crédit lyonnais de 1863 à 1939, Cécile Omnès, Editions Scientifiques Internationales Peter Lang, 2007

[4]  L’Humanité du 11 janvier 2013

[5] Dictionnaire des coachings, ouvrage collectif, Dunod 2007

[6] Le Coaching, Roger Moyson, Editions De Boeck, 2001

[7]  La Croix du 10 avril 2013

[8] Psychologie de la solitude, Gérard Macqueron, Editions Odile Jacob, 2009

Ce message a 0 commentaire

Laisser un commentaire


*